mardi 13 octobre 2020



 On me dit dans l'oreillette d'arrêter de parler du climat qui part en vrille, des politiques qui nous étouffent, du couillonavirus et de ses prophètes, du hold-up mondial des multinationales...

Bref, de tout ce qui vous pourrit la vie à vous aussi, chez vous ou sur votre fil d'actu. Dans les journaux, la radio, sur le web...

Parce que vous savez quoi ? Le stress TUE. A petits feux peut-être, indirectement, mais il tue aussi sûrement que les accidents de la route, le tabagisme ou le visionnage de la collection complète des films des frères Dardenne.

J'en sais quelque chose, moi qui me trimballe un foutu reflux acide depuis avril dernier et m'empoisonne le corps avec un antiacide généreusement prescrit par mes différents médecins.

Heureusement, il y a de petites choses encore toute belles dans nos vies en instance de reconfinement : le chuchotement de la mer, le vent dans les cheveux. Le bruissement des arbres, la vibration de leur écorce sous nos doigts. Le rire, les câlins de nos enfants, leurs grands yeux si pleins d'innocence qu'on en vient à les envier. Une musique, un film, un livre qui met votre coeur en émoi. Un parent qu'on soutient. Un ami qu'on étreint. Un amour qu'on fait sien.

Il nous faut bien ça pour garder le cap. Pour garder la foi. S'entourer de belles choses, de belles âmes, qui finissent par devenir nos refuges quand le monde, tout autour, montre les dents. La vie nous a offert quelques perles précieuses, des repaires où venir retremper nos forces quand l'épuisement guette. Quand la colère, l'agressivité, la menace voudraient nous voler nos ailes. Celles qui nous font survoler les vicissitudes du quotidien, qui nous les rendent plus petites face à l'immensité du lien indéfectible qui nous unit à notre propre lumière et à celle de nos proches. De notre socle d'amour.

Les jours qui s'annoncent seront loin d'être faciles. Alors soyez plus que jamais conscients de ce que vous avez. De ceux qui vous chérissent et que vous aimez. Des lieux qui vous ressourcent aussi fort qu'une fontaine de Vie. Prenez-en soin. Gardez-les chaque jour au coeur. Chassez les ombres, confiez-vous, faites confiance.

Après l'effondrement vient la renaissance. Puissiez-vous la vivre les ailes élancées vers le ciel et trouver votre nouvelle voie. Votre nouveau chemin de vie. Soyez ce cygne et envolez-vous vers votre soleil. L'amour ne brûle pas tant qu'il rougeoie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez ici vos commentaires !

Le Grand Arbre

  Je suis allé parler au Grand Arbre.   Assis sur l’entrelac de ses puissantes racines semées de jeunes pousses, je me suis confié. Longueme...